Bords de scènes

Rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation.

Action culturelle

Des actions en lien avec ce spectacle vous seront proposées en cours de saison.
Abonnez-vous à la newsletter pour en être informé.

Partager

Coûte que coûte

Théâtre
50 min. environ - Tout public, à partir de 12 ans.

Cie Toujours après minuit

ATTENTION
Conformément à l’article L 121-20-4 du Code de la Consommation, 9.2 Un billet de spectacle ne peut être remboursé même en cas de perte ou de vol, ni repris, ni échangé, sauf en cas d’annulation d’un spectacle et de décision par l’organisateur du remboursement des billets.

Entre burlesque et gravité légère, un duo parlé-dansé sur le bonheur.

Dans ce spectacle, Roser Montlló Guberna et Brigitte Seth, complices de longue date, auscultent l’idée du bonheur. Sur scène, entourées de pupitres, elles cogitent : doit-on absolument être heureux ? Comédiennes et danseuses, elles jouent avec le texte comme avec les gestes. Mêlant humour et gravité légère, le tandem pousse sa réflexion jusqu’à l’absurde. Pitreries, grimaces, jeux de mots et quiproquos extravagants les amènent à d’amicales prises de bec. Avec elles, le bonheur grince et danse. Ardentes et rebelles, elles piétinent les idées reçues et gambadent en toute liberté. Elles nous livrent une leçon de survie joyeusement inspirée par l’air du temps.

Plus de détails

Note d’intention
Coûte que coûte est un avertissement. C’est aussi le prologue d’une pièce à venir. Un prologue qui expose à la fois un état du monde et un questionnement sur le bonheur. Un prologue intarissable, sans fin, en boucle… Deux présentatrices /conteuses jouent de cette dualité jusqu’à l’absurde. Dialogue parlé et dansé, Coûte que coûte se situe juste avant l’œuvre, à la limite du plateau et des spectateurs, au bord de la défaillance.
Les temps sont fous qui imposent à tant de personnes un destin innommable. Même les plus débrouillards s’essoufflent et meurent dans un monde où l’austérité fait loi.
Alors le bonheur à tout crin est-il possible ? Qu’est-ce que le bonheur ? A-t-il une couleur, des habits particuliers, une danse ? La danse du bonheur ? En apprend-on les gestes, le tempo ? Le corps dit l’indicible et exprime la dualité : élévation et chute, tension et évanouissement, apnée et sérénité, bouillonnement et immobilisme… Sur le mode d’un mouvement répétitif, aux accents multiples, les deux interprètes annoncent sans cesse l’espoir comme l’apocalypse, ou les secrets d’un changement heureux enfin dévoilés, derrière le rideau de scène, un jour…

La compagnie
La multiplicité des cultures et des expériences de Roser Montlló Guberna et Brigitte Seth les conduit, lorsqu’elles se rencontrent, à mêler plusieurs langues (français, espagnol, catalan) et plusieurs langages (danse, théâtre, musique). « Pour nous il s’agit de moyens d’expression que nous utilisons sans préjugés, en toute liberté. Comme nos deux cultures coexistent pleinement, ces différents langages sont en complémentarité, en harmonie.
Notre recherche repose sur la dissociation, par conséquent le mélange de plusieurs éléments est indispensable. Ce travail profond, éprouvant parfois, est au service d’un « mieux dire utopique ». Nous favorisons la recherche du sens par la dissociation et l’accumulation, la complémentarité de langages différents et un mode adressé, ouvert qui requiert la participation du spectateur. »
Depuis sa naissance en 1997, la compagnie a réalisé de nombreux spectacles. Les deux metteurs en scène-chorégraphes sont également sollicitées pour réaliser des chorégraphies et/ou des mises en scène d’opéras. Elles ont notamment collaboré avec Jean-Claude Malgoire et Arie Van Beck.
La compagnie réalise de nombreuses performances, regroupées sous le nom générique de Luna i Lotra Performing dans différents cadres : présentations de saison, soirées partagées, festivals. Elle organise également un Bal spectacle déjà présenté à la Comédie de Clermont-Ferrand, à Strasbourg, Tours, Paris, Pantin, Alençon, Blois….

En savoir plus : www.toujoursapresminuit.org

Réservations

SÉLECTIONNEZ VOTRE TARIF *

Distribution

Mise en scène, chorégraphie, interprétation Roser Montlló Guberna et Brigitte Seth ; Texte Élisabeth Gonçalves, Montlló-Seth ; Création, régie lumière et son Guillaume Tesson ; Remerciements à Antisten.

Avis

  1. :

    Je n’ai pas du tout aimé, c’est la première fois qu’un spectacle des Scènes rurales me procure autant d’ennui et de malaise. Mais peut-être est-ce voulu ?
    Je ne suis pas resté pour le bord de scène, la discussion d’après spectacle. J’en avais assez vu et entendu.

  2. :

    spectacle sympathique mais pas assez abouti au niveau de la chorégraphie, il manquait quelque chose de dynamique, d’aérien

  3. :

    J’ai été très déçue de ce spectacle, je m’attendais à du burlesque, donc du rire, mais c’était plutôt très angoissant, et ennuyeux. Je n’ai peut-être pas compris le côté  » conceptuel », mais j’ai franchement eu l’impression de m’être fait rouler… On ne peut pas mettre sur le dos du contemporain n’importe quoi ! c’est la première fois que j’ai eu envie de quitter la salle avant la fin du spectacle, et pourtant ça ne durait que 50 min…
    Soit dit en passant, ce n’est pas parce qu’on ne comprenait déjà rien au spectacle qu’il fallait mettre des passages en espagnol… tout le monde n’est pas bilingue .

    Moi qui pensait que « scènes rurales » permettait de rendre le théâtre accessible à tous dans les campagnes, et bien là, c’est raté…

  4. :

    Un spectacle très très fort. Ce n’était effectivement pas ce à quoi on pouvait s’attendre mais aux Scènes Rurales, on est souvent surpris, voire décontenancés. Je me suis laissée portée et le spectacle est allé crescendo jusqu’à l’explosion finale, l’appel à la non soumission. Hasta donde ? Hasta quando ? Jusqu’où ? Jusqu’à quand ?
    La comédienne qui danse et la danseuse qui joue la comédie étaient époustouflantes. Je n’ai pas tout compris à l’espagnol, mais c’était comme une musique , une langue qui semble venir des tripes. J’ai apprécié les passages poétiques même si je ne suis pas experte.
    Ce spectacle interpelle et vient toucher des points sensibles. Il interroge aussi notre capacité à agir ensemble.
    L’un des meilleurs spectacles que j’ai vus. Mais je comprends qu’il puisse déranger.
    Bravo

  5. :

    Du grand art ! j’ai été émue par ce spectacle sensible, incarné qui m’a fait passer du rire aux larmes (ou presque). Pas intello du tout, bien au contraire, plutôt dérangeant, voire gênant par moment et joyeux aussi. Les enfants présents ont ri d’ailleurs aux éclats. Nous étions bien là au cœur du burlesque, du rire face à l’insoutenable (la mort, la perte, ce qui nous menace, l’absurdité de la vie). Le jeu de la comédienne m’a fait penser à Charlot dans la dictateur et par moment, on avait l’impression qu’elles dansaient toutes deux sur un volcan comme pour nous dire d’oublier la pesanteur et la noirceur ce monde. Le mélange de langue espagnole était bienvenu, décalé et touchant et comme c’est une langue voisine du français, on comprenait des bribes de mots qui résonnaient. la mise en scène était très forte : les pupitres noirs porteur d’une page blanche évoquaient les voix disparues qu’on tentait de réveiller… Merci aux Scènes Rurales pour ces temps forts de respiration et de partage en ces temps qui s’obscurcissent !

  6. :

    Quel spectacle! De la folie, de l’absurde, de la poésie, du beau mais surtout une sacrée réflexion sur la vie, le bonheur…! Nous avons aimé être interpellées, bousculées de cette façon et avons admiré le jeu (complet) des 2 comédiennes si talentueuses et si touchantes. Encore bravo à cette compagnie! Et merci à Act’art/scènes rurales de nous permettre de si belles rencontres!
    4 spectatrices venues de l’extrême sud du département 😉

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *